Spécialiste en cosmétovigilance

Emplois-types regroupés dans ce métier-repère

Cosmétovigilant
Responsable en cosmétovigilance
Mission générale
Le/la Spécialiste en cosmétovigilance évalue les effets indésirables de produits finis sur l'homme. Il/elle réalise le suivi par la consolidation des informations récoltées (consommateurs, distributeurs, medecins généralistes) et définit les actions à mettre en oeuvre pour prévenir la multiplication des effets indésirables graves.
Activités principales
  • Collecte et analyse critique des dossiers individuels d'effets indésirables.
  • Préparation des dossiers réglementaires pour ce qui concerne les aspects de cosmétovigilance.
  • Évaluation médicale des risques produits.
  • Proposition d'actions correctives auprès de sa direction (modification des conditions d'utilisation, des précautions d'emploi, des mises en garde...).
  • Information et conseil auprès des professionnels de santé et des consommateurs sur la tolérance des produits et réponse à toute question interne ou externe.
  • Interventions et échanges dans des colloques, des séminaires, etc.
  • Veille et analyse scientifique, technique et réglementaire en matière de cosmétovigilance.
Environnement
Conditions de travail: Ce métier peut s'exercer au niveau local et européen.
Rattachement hiérarchique: Service affaires réglementaires.
Accès Métier
Diplômes:
Pharmacien.
Compétences attendues
Connaissances - savoir
Bien connaitre et comprendre la règlementation européenne, les guidelines locales, européennes et internationales
Connaître les bases de la toxicologie
Bien connaître le domaine médical et les risques santé pour distinguer la variabilité et la gravité des effets indésirables (irritations, maladies…)
Bien connaître le domaine de la biologie
Bien connaître la réglementation des cosmétiques
Compétences comportementales - savoir-être
Capacité à être en veille des évolutions réglementaires, techniques et scientifiques
Compétences opérationnelles - savoir-faire
Capacité d'analyse, d’interprétation et d’exploitation des données relatives aux effets indésirables et aux effets indésirables "graves"
Rédiger les dossiers réglementaires, techniques et scientifiques des produits finis dans son domaine de compétence
Capacité à évaluer les effets indésirables "graves"et à formuler des recommandations permettant de diminuer les risques (suppression de matières, de composants d'un produit…)
Capacité à adapter son discours de façon synthétique et compréhensible, en fonction les divers interlocuteurs (consommateurs, professionnels de santé, autorité de santé, etc.)
Maîtriser les équipements et /ou logiciels métier
S'exprimer dans une langue étrangère (anglais)
Maîtriser le travail en équipe pluridisciplinaire.
Savoir faire preuve de rigueur et de méthode dans le traitement et la gestion des cas d'effets indésirables graves
Secteurs d'activité
Activités parapharmaceutiques et cosmétiques
Mobilité
Evolution: Responsable affaires réglementaires, Toxicologue (avec soutenance d'une thèse ou un master 2 en toxicologie).
Tendances d'évolution du métier
La nouvelle loi 1223/2009 entérinée en 2013, instaure une nouvelle règlementation cosmétique au niveau européen, concernant l’identification des effets indésirables graves. Les entreprises de cosmétiques ont obligation de déclarer les effets indésirables graves à l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) ainsi que de produire un dossier cosmétique pour chaque produit contenant un chapitre sur la cosmétovigilance. Cette nouvelle loi amène les entreprises de cosmétiques à se doter de compétences spécifiques en cosmétovigilance et à recruter des personnes dédiées à cette activité.