Responsable de Projet R&D

Emplois-types regroupés dans ce métier-repère

Chef de projet R&D
Project manager
Chargé(e) de projet R&D
Coordinateur(trice) de projet R&D
Responsable d'unité R&D
Responsable de Développement Produit
Directeur(trice)/Responsable R&D
Responsable Projets transverses
Mission générale
Dans le cadre du développement d’un nouveau produit de santé, le/la Responsable de Projet R&D conduit le projet, anime et coordonne le travail des équipes multidisciplinaires depuis la phase de conception jusqu’à la réalisation. Les projets d’innovation en R&D concernent de multiples spécialités : biologie, chimie, biochimie, toxicologie, pharmacologie, pharmacocinétique analytique, dispositifs médicaux, biomarqueurs, e–santé, imagerie biomédicale…
Activités principales
  • Mise en oeuvre d’un projet de recherche:
  • Proposition de pistes d'innovation ou réponse à une demande d’un client concernant l’amélioration d’un produit existant ou le développement d’un nouveau produit.
  • Coordination des différents acteurs de l’entreprise autour de l’émergence d’un projet de recherche.
  • Élaboration d'un cahier des charges avec l’aide d’une équipe pluridisciplinaire, dans le respect d’un planning et d’un budget.
  • Conception et réalisation des expériences scientifiques et technologiques.
  • Définition des protocoles, des moyens matériels et des méthodes pour ces expériences.
  • Déploiement des partenariats de recherche avec des acteurs extérieurs à l’entreprise.
  • Intégration des contraintes réglementaires, budgétaires et bonnes pratiques.
  • Mesure des risques pouvant intervenir au cours du développement.
  • Prise en compte des contraintes et fonctionnalités biomédicales attendues.
  • Organisation et planification:
  • Définition et mise au point du cahier des charges.
  • Gestion des projets dans leur ensemble (coûts, délais, reporting…).
  • Développement, mise en place et validation des protocoles de recherche.
  • Conception des modes opératoires en adéquation avec les protocoles de recherche.
  • Rédaction des appels d’offres pour recruter les prestataires.
  • Évaluation budgétaire des études.
  • Soumission des déclarations initiales et des amendements des études à l’ANSM/ANMV.
  • Rédaction des procédures, des hypothèses de recherche et des modèles.
  • Élaboration et respect des plannings et des budgets validés.
  • Pilotage, coordination et suivi:
  • Collecte, analyse et validation des données.
  • Animation des équipes projet.
  • Suivi et contrôle du déroulement du projet, du planning et du respect du budget.
  • Identification et diagnostic des dysfonctionnements et/ou anomalies et proposition de solutions pertinentes.
  • Participation, le cas échéant, à l’établissement des dossiers de marquage CE.
  • Supervision et coordination du travail interne et des activités sous-traitées.
  • Animation des points réguliers avec l’ensemble des partenaires (avancement, validation des résultats…).
  • Contrôle et finalisation du projet:
  • Analyse critique et synthèse des données et résultats obtenus, le cas échéant à l’aide de logiciels informatiques ou d’outils d’analyse.
  • Contribution aux rapports cliniques et scientifiques.
  • Dépose des brevets, gestion de la propriété intellectuelle.
  • Analyse et interprétation des résultats de ces expériences scientifiques ou technologiques.
  • Contrôle de la cohérence des résultats des expériences par rapport aux hypothèses.
  • Rédaction des rapports et publications d’études scientifiques/technologiques.
  • Présentation des résultats des études en interne et en externe.
  • Suivi des phases de développement:
  • Veille à la faisabilité industrielle du produit, en participant au lancement des essais en production.
  • Définition, avec le responsable des procédés industriels, des processus de fabrication en moyenne et grande quantité du produit.
  • Supervision des résultats de tests de compatibilité avec le packaging du produit.
  • Veille à la bonne prise en compte par le service marketing des propriétés du produit dans les opérations de communication.
Activités éventuelles
  • Veille technologique et réglementaire sur les méthodes, outils, innovations, normes et réglementations.
  • Conception et transmission de méthodes et résultats innovants susceptibles d’être valorisés au titre de la propriété industrielle.
  • Détection de nouvelles pistes de recherche au cours des expériences scientifiques et technologiques.
  • La taille de la structure et du département R&D influe directement sur le positionnement du métier de Responsable de projet R&D :
  • Dans les petites et moyennes entreprises, le Responsable de projet R&D peut être entièrement responsable du service R&D. Il devient alors l’interface incontournable entre le bureau d’études, la production et le chef de produit. Il dirige une équipe pluridisciplinaire…
  • Dans les entreprises de taille très importante, il coexiste plusieurs Responsables de projet R&D, chacun ayant la responsabilité d’une partie seulement d’un projet spécifique. Selon l’organisation interne de l’entreprise, il peut aussi n’avoir aucun lien de hiérarchie avec les collaborateurs de son projet (ingénieurs R&D, chargés de recherche): son management sera alors transversal.
  • Selon le degré d’internationalisation de l’entreprise, il peut être amené à effectuer de nombreux déplacements à l’étranger. La mobilité et le niveau d’anglais deviennent alors des critères déterminants.
  • Le secteur d’application des recherches fait aussi varier l’activité du Responsable de projet R&D: molécules et mécanismes biochimiques, biomarqueurs (médicament vétérinaire) mécanismes biochimiques, mise au point de nouveaux tests, de technologies d’analyses et/ou leur intégration dans un système complet (DIV), matériaux et matériels (DM).
Environnement
Rattachement hiérarchique variable selon la taille, l'organisation et les activités de l'entreprise: au sein d'une unité de Recherche, d'un laboratoire de recherche, d'un Service R&D.
Accès Métier
Variétés de profils selon l'activité:
Bac+5 : DEA/Master en sciences de la vie, en biologie, en chimie
Diplôme de vétérinaire ou de pharmacien
Diplôme d’ingénieur biomédical, électronique, mécanique, informatique, automatismes
Bac+8 en biologie ou chimie: doctorat bénéficiant d’une spécialisation technique dans le domaine d’activité de l’entreprise.
Compétences attendues
Connaissances - savoir
Très bien connaître les normes QHSE, l'environnement réglementaire de son secteur, les Bonnes Pratiques de Laboratoire
Bien connaître l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise.
Très bien connaître les bases scientifiques liées à son domaine de recherche : biologie, physico-chimie, biochimie, chimie analytique, microbiologie, virologie, immunologie, physiologie, culture cellulaire, pharmacologie, ingénierie du vivant (ex : génie génétique et protéique), génie des procédés, galénique, toxicologie et immuno-toxicologie, biométrie et statistiques, informatique, électronique, mécanique, fluides, systèmes, systèmes embarqués
Compétences comportementales - savoir-être
Être force de proposition et faire preuve d'innovation afin d’anticiper, de rester à niveau et d’améliorer les techniques de recherche.
Sens des délais et du résultat afin d’évaluer et d’optimiser le temps et les moyens nécessaires pour la réalisation des différentes étapes des projets.
Esprit d'observation, d'analyse et de synthèse
Capacité à être en veille des évolutions techniques et réglementaires de son domaine.
Savoir faire preuve de rigueur et méthode.
Capacité à communiquer clairement par oral et par écrit sur le déroulement et sur les résultats d’une étude.
Capacité à organiser et prioriser les actions nécessaires à son activité
Persévérance et capacité à gérer positivement des situations stressantes.
Compétences opérationnelles - savoir-faire
Maîtriser les techniques de gestion de projet (expression des besoins, cahier des charges, planning…), les bases de gestion financière et les différents outils associés.
Avoir une bonne vision du marché associé aux projets de R&D
Élaborer une méthodologie et des modes opératoires
Analyser de manière critique et synthétiser les données et résultats obtenus, le cas échéant à l'aide de logiciels informatiques ou d'outils d'analyse
Modéliser un système (vivant ou fabriqué)
Choisir/construire les outils et méthodes en cohérence avec le projet de recherche
Concevoir et mettre au point de nouvelles méthodes, modes opératoires, modèles ou techniques scientifiques
Synthétiser et rédiger des informations sous forme de rapports, de fiches techniques, de procédures, de protocoles
Maîtriser le travail en équipe multiculturelle, pluridisciplinaire et en réseaux.
Maîtriser les techniques de Management direct et transversal.
Evaluer, gérer et développer les compétences et les performances individuelles des collaborateurs.
Maîtriser l’anglais courant - lecture, rédaction et communication de documents scientifiques, animation de réunions
Secteurs d'activité
Dispositifs Médicaux et technologies médicales
Diagnostic in vitro
Médicament et réactif vétérinaire
Activités parapharmaceutiques et cosmétiques
Mobilité
Postes précédents: Chargé de recherche/Ingénieur de recherche, Chargé de R&D/Ingénieur R&D, Assureur qualité R&D, Chargé d’études épidémiologiques.
Evolution: Responsable d’équipe de recherche, Responsable de laboratoire de recherche, Directeur de programme R&D, Responsable de la veille scientifique et technique, Responsable des études pharmaco-économiques.
Tendances d'évolution du métier
La fonction R&D a été soumise au même modèle de productivité que les autres fonctions des industries de santé. Une culture de la performance et de l’orientation «résultats» s’est imposée et les compétences ont évolué vers plus de gestion de projet (planification, suivi des livrables intermédiaires, anticipation des dérapages de calendrier et de coût…), intégrant également le suivi des ressources financières et humaines, de gestion de budget, ainsi que de gestion du risque. Un travail en collaboration étroite avec les équipes commerciales/ marketing et affaires réglementaires (intégrer les exigences réglementaires dès l’amont des projets de développement) est également nécessaire. Le renforcement des approches pluridisciplinaire et interdisciplinaire a également introduit une tendance au décloisonnement des équipes et des spécialités, ce qui nécessite le partage et le transfert de compétences entre équipes R&D, ainsi qu’une collaboration transverse plus forte. Les activités de R&D se réalisent par ailleurs de plus en plus en collaboration avec des partenaires extérieurs: start-up biotech, laboratoires universitaires, prestataires… Les équipes doivent plus que jamais apprendre à travailler en réseau et à l’international, développer un langage commun et savoir travailler avec des salariés issus de tous types d’environnements, de cultures et de pratiques différentes (startup, universités, hôpitaux, acteurs publics, prescripteurs, patients...). Ce nouveau contexte nécessite de développer son leadership, sa capacité à expliquer et à défendre un point de vue face à une diversité d’interlocuteurs, à travailler en mode collaboratif.